Tout savoir sur l’intelligence artificielle

Tout savoir sur l’intelligence artificielle

Aujourd’hui, d’une simple phrase, on peut connaître la météo, programmer une alarme, être averti de ses rendez-vous, avec les trajets pour s’y rendre et des résultats de plus en plus précis au fil du temps… C’est la face émergée de l’IA. Mais au-delà de ces usages, pratiques mais un peu anecdotiquesl’intelligence artificielle recouvre un vaste domaine et des champs d’application quasi-infinis.

Traduction automatique, chatbotsvoitures autonomes, optimisation de la prospection commerciale, maintenance prédictiveaide médicale au diagnostic, Facility Management et smart building, amélioration des processus de recrutement, réduction des consommations d’énergie…

L’intelligence artificielle bouleverse tous les secteurs, tous les domaines. Cet article va nous permettre de faire le point :

  1. Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?
  2. Comment fonctionne l’intelligence artificielle ?
  3. Comment les entreprises peuvent-elles bénéficier de l’intelligence artificielle ?
  4. Intelligence artificielle : tous les secteurs impactés

1. Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

L’intelligence artificielle peut se définir comme « l’ensemble de théories et de techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence », selon le Larousse.

Soit des ordinateurs ou des programmes capables de performances habituellement associées à l’intelligence humaine, et amplifiées par la technologie :

  • Capacité de raisonner
  • Capacité de traiter de grandes quantités de données
  • Faculté de discerner des patterns et des modèles indétectables par un humain
  • Aptitude à comprendre et analyser ces modèles
  • Capacités à interagir avec l’homme
  • Faculté d’apprendre progressivement
  • Et d’améliorer continuellement ses performances

« L’intelligence artificielle » couvre donc un vaste sujet, en perpétuel mutation. Et aux progrès fulgurants depuis 1950, année fondatrice de l’IA.

En 2017, l’intelligence artificielle a franchi une étape décisive, parvenant à identifier les mots dans une conversation orale aussi bien qu’un être humain, ouvrant de nouvelles perspectives pour la traduction automatique.

Janvier 2018, nouvelle prouesse : l’IA dépasse les humains lors d’exercices de lecture et de compréhension, dans le célèbre test de lecture de l’université de Stanford.

Cela permettra à l’intelligence artificielle, demain, d’interagir encore plus facilement avec les humains, pour leur apporter de l’information de manière plus naturelle.

Une belle promesse, mais aussi une réalité très concrète, résumée dans un sourire par Harry Shum, Executive Vice-President AI & Research de Microsoft : « Bien sûr qu’il faut aimer l’IA ! Après tout, qu’est-ce que l’opposé de l’intelligence artificielle ? La stupidité naturelle ».

2. Comment fonctionne l’intelligence artificielle ?

La révolution actuelle de l’intelligence artificielle est rendue possible par « une combinaison de 3 facteurs », selon Harry Shum : « une vaste quantité de data ; une puissance informatique extraordinaire, notamment grâce au cloud ; et des algorithmes révolutionnaires, basés sur le deep-learning ».

Soit des données, la puissance pour les exploiter, et la capacité à apprendre. Car l’intelligence dite « artificielle » s’inspire des processus cognitifs humains. Notamment notre très grande capacité d’apprentissage, tout au long de la vie.

L’IA a ainsi fréquemment recours à l’apprentissage supervisé.

Par exemple, on « nourrit » un programme avec des milliers de photos de voitures, étiquetées. Après cet « entrainement », le programme peut reconnaître, seul, des voitures sur les nouvelles images qui lui seront présentées.

Autre composant de l’intelligence artificielle, le « Machine Learning ».

Cette fois, on donne aux ordinateurs l’accès à des données, puis on les laisse apprendre par eux-mêmes, sans intervention humaine ou reprogrammation logicielle.

Ce qui leur permet de s’améliorer progressivement, de manière autonome.

Et de dépasser ainsi les fonctions et les capacités initialement programmées.
Certains algorithmes ne se contentent plus de reconnaître des images, mais se montrent capables de les produire et de donner des yeux aux machines.

Quant au Deep Learning, il repose sur un réseau de neurones artificiels, qui imitent le fonctionnement de notre cerveau.

Et crée une machine virtuelle composée de milliers d’unités, chacune chargée de petits calculs simples.

Résoudre un problème complexe en le divisant en plusieurs sous-problèmes, avec une intelligence artificielle assignée à chacun, c’est la technique qui a permis d’obtenir le meilleur score possible à … Miss Pac-Man.

Les chercheurs ont utilisé l’apprentissage par renforcement, ou reinforcement learning, et un réseau de neurones artificiels.

Un résultat qui ouvre de nouvelles perspectives pour l’IA et la réalisation de tâches complexes, dans les domaines où l’imprévisibilité posait problème.

Analyser un environnement nouveau, comprendre les règles qui le régissent, s’adapter… Les jeux vidéo sont un excellent champ d’action pour les chercheurs en intelligence artificielle.

Ils utilisent notamment Minecraft pour entraîner des IA, en les poussant à comprendre leur environnement, construire des bâtiments ou des moyens de transports, explorer des labyrinthes et mieux coopérer.

L’arrivée annoncée de l’ordinateur quantique pourrait encore décupler ces capacités.

Autre bonne nouvelle : jusqu’à tout récemment, l’intelligence artificielle demandait des expertises extrêmement fortes et des moyens conséquents, en temps, en ressources, en argent et en hommes.

Mais elle s’est aujourd’hui largement démocratisée, et les développeurs peuvent facilement intégrer de l’IA dans leurs applications.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Rappelez moi
+
Rappelez moi!